Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 08:17

DOSSIER PEDAGOGIQUE 

  

 

 

LUCKY LUKE et PHIL DEFER 

 

 

 

MORRIS

 

Editions Dupuis - 1956

 

 

 

4.jpg

 

Dossier téléchargeable : 5luckylukeetphildefer.pdf

 

 

 

  • La série Lucky Luke :

 

 Le personnage de Lucky Luke apparait à la fin de l'année 1946 au sein du Journal de Spirou, magazine extrêmement populaire lancé depuis 1937 par l'éditeur belge Jean Dupuis. Imaginé par le dessinateur Morris (de son vrai nom Maurice de Bévère, 1923 - 2001), le  cow-boy qui « tire plus vite que son ombre » trouvera son apogée avec les collaborations scénaristiques de René Goscinny, de 1957 à 1977. Lucky Luke sera publié dans le journal Pilote de 1967 à 1973, et paraitra directement sous forme d'album cartonné aux Editions Dargaud après cette date. A la disparition de Morris, le héros est repris par Achdé et Laurent Gerra dès 2001 sous un nouveau titre (Les aventures de Lucky Luke d'après Morris).

 

  Hommage parodique truffé de références au Western et au cinéma hollywoodien, la série a installé une galerie de personnages emblématiques qui comptent certainement parmi les plus connus du 9ème Art (Les frères Dalton, Jolly Jumper, Rantanplan, etc.), aux côtés de ceux d'Hergé (Tintin) et d'Uderzo (Astérix).

 

 

 

  • L'album :

  

  Phil Defer « le Faucheux » (titre complet apparaissant en page de titre) est le huitième album de la série et parait en 1956. C'est chronologiquement le dernier récit imaginé par Morris seul, avant que n'intervienne René Goscinny, qui modifiera en profondeur dans ses futurs scénarii la psychologie des personnages comme l'arrière-plan humoristique. Phil Defer apparait ainsi encore aujourd'hui comme un album au ton très dur et cynique : la mort y est montrée ou suggérée de nombreuses fois alors que la censure l'interdisait explicitement depuis 1949 pour les ouvrages à destination de la jeunesse. Dans la prépublication parue en  1954 (au sein du programme radiophonique hebdomadaire Le Moustique), le tueur impitoyable au physique filiforme du titre sera in fine la dernière victime par balles de Lucky Luke, après l'élimination des Frères Dalton dans le tome 4 de la série (Hors-la-loi). La censure et les Editions Dupuis pousseront Morris à modifier la fin avant la publication en album : le tueur n'est plus mort mais sa blessure à l'épaule signifie l'arrêt de sa « carrière »...

 

 

 

  • L'intrigue en résumé :

   

  À Bottleneck Gulch, le propriétaire de l'unique saloon, O'Sullivan, fait des affaires en or. Mais un nouveau saloon, dirigé par O'Hara, venant lui faire concurrence, O'Sullivan décide de faire appel à un tueur professionnel, Phil Defer, afin de se débarrasser de cette concurrence entreprenante. Cependant celui-ci croisera le chemin de Lucky Luke, ami de O'Hara...

 

 

  • Questionnaire pour les élèves :

 

 

 La couverture d'une B.D. comporte deux messages : l'un écrit, l'autre dessiné.

 

 

 

NIVEAU 1

 

 

- Quel est le titre de la B.D.? Quel est le nom de son auteur et où ce nom est-il écrit ? Le scénariste et l'illustrateur sont-ils deux personnes différentes ?

 

- Quel est le nom de l'éditeur ?

 

- Pourquoi, à votre avis, les mots écrits sur la couverture sont-ils de tailles différentes ?

 

- Que représente l'illustration ? (la décrire)

 

- Quelles sont les couleurs dominantes de l'illustration ?

 

- Quelles informations trouve-t-on à la fois dans le titre et dans l'illustration ? Quelles informations supplémentaires fournit éventuellement l'image ?

 

 

 

NIVEAU 2

 

 

-   Une couverture cherche à suggérer une histoire. D'après cette couverture, imaginez en quelques lignes quelle pourrait être l'histoire racontée dans la B.D.

 

-   Cette couverture vous donne-t-elle envie de lire la B.D.? Pourquoi ? En quoi peut-on dire que la couverture est la « vitrine » d'une B.D. ?

 

 

 

 

NIVEAU 3 

 

 

- Essayer de décrire l'atmosphère de cette couverture. Identifiez le lieu de l'action principale.

 

- A quel genre cinématographique se rattache selon vous cette couverture? Quel type de scène issue de ce genre fameux la couverture illustre-t-elle? Expliciter vos choix.

 

- Trouver tous les détails qui suggèrent la menace ou l'idée de mort dans le dessin.

 

- Tenter de comprendre en quoi cette couverture a pu marquer la création artistique postérieure; trouver ou commenter des exemples de visuels relativement proches.

 

 

 00.jpg 

 

 

2.jpg

 

 

 3.jpg  

4.jpg

 

 

Couvertures dans leurs versions successives de 1956, 1970, 1977 et 1992.

 

 

  • Lecture et analyse de la couverture :

 

 Dès 1948, Morris part s'installer aux Etats-Unis en compagnie de Jijé (Joseph Gillain, créateur notamment  de la série Western réaliste Jerry Spring en 1954) et de Franquin (créateur de Gaston Lagaffe en 1957). Après un court séjour au Mexique, il s'immerge dans le « mythe américain », entre comic-book et cinéma, rencontre René Goscinny à New-York et continuera jusqu'en 1955 d'envoyer ses planches de Lucky Luke aux Editions Dupuis situées en Belgique. Phil Defer est dans la série Lucky Luke l'album frontière et passerelle entre cette recherche de culture américaniste et un âge d'or créationniste du 9ème Art, aux traits franco-belges.

 

 

 

 La couverture de Phil Defer est à la fois mythique et insolite : symbolique d'un genre tout entier (le Western) et de sa scène la plus signifiante (le  duel), elle est aussi déroutante (le héros est minuscule et on en distingue pas le visage du tueur). On verra plus loin que la symétrie inhérente à la construction graphique de cette couverture en fait l'une des plus simples et des plus élaborées jamais parues.

 

 

 Il existe à vrai dire au moins quatre visuels (tous relativement proches) de cette couverture, correspondant aux éditions successives : la version originale de 1956, celle de 1970 (où la numérotation des albums apparait en couleur violette), puis celle de 1977 (numérotation en couleur noire et re-colorisation de Phil Defer en violet) et enfin celle de 1992 (apparition d'un bandeau titre, suppression du « et » entre Lucky Luke et son adversaire, le nom de la série et la numérotation sont désormais rapprochés et de couleurs identiques).

 

 

 

 Ce qui frappe en priorité, c'est la différence de taille entre Lucky Luke et le supposé Phil Defer : le rapprochement entre le titre et le premier plan se fait sur le jeu de mot connoté (« fil de fer » suggérant une taille et une maigreur démesurée) et donc un raccourci à la fois sémiologique et sémiotique. Le lecteur en déduit assez aisément l'idée d'une menace qui vient envahir tout le cadre, en plein champ : menace de mort (personnage habillé en noir et rouge/mauve, doublement armé et s'apprêtant à dégainer face au héros traditionnel, relation aux sinistres vautours), menace anonyme (visage inconnu) et menace « idéologique » archétypale (le grand méchant, l'opposant, le « faucheux » : dans cette ville, il ne peut en rester qu'un...). Plus encore que les couleurs portées emblématiques (noir et rouge comme la mort et le sang, mais aussi le coup de poker final entre les deux établissements concurrents), le personnage de Phil Defer est visuellement l'antithèse du héros (qui porte un stetson blanc) de par ses manies de desperado professionnel (gants noirs, ceinture munie de cartouchière et  holsters attachés par un lacet à la cuisse).

 

 

 

 Second rapport important à l'image, la symétrie et le jeu sur les espaces : si la taille de Phil Defer relie la terre au ciel (son but étant d'envoyer Lucky Luke à la fois « 6 pieds sous terre » et auprès de St Pierre...), elle le relie surtout à son propre nom-titre, venant le scinder en deux parties inégales (4 lettres et 5 lettres : l'humanité (de philein, aimer en grec) à gauche et la clôture (fil de fer) à droite).

 

 

  Tout le reste du visuel est à l'avenant : sans rien connaitre de l'histoire, on en déduit que deux saloons (l'As de pique et l'As de cœur) se concurrencent. L'un (à gauche) est soutenu par Lucky Luke : son cheval, Jolly Jumper, y est attaché afin de s'abreuver ; des as de cœurs (couleur rouge aux cartes) en ornent la façade et les portes rabattantes d'entrée très caractéristiques. Encore mieux : le nom même de Morris y est inscrit, signifiant ultime du camp où se range l'âme du dessinateur...  A l'opposé, le second saloon est le lieu de prédilection choisi par les vautours, et se distingue en enseigne par ses as de piques (à la fois armes et de couleurs noires aux cartes). Entre ces deux lieux se tiennent deux hommes mais aussi deux espaces, l'arrière et l'avant, et deux conceptions du temps, le passé/présent et  le futur. N'oublions pas que cinématographiquement parlant le Western est un temps, un cadre (ville pionnière, plaines, canyon ou désert) et un horizon : ici, le cadre est purement théâtralisé (qu'y a-t-il derrière la palissade en arrière plan ?), l'espace circonscrit à un intervalle réduit et le temps l'enjeu (rapide) d'un duel déjà joué sur la couverture (Lucky Luke ayant déjà le revolver à la main, pointé sur le méchant).

 

 

 Jeu d'ombres et de lumières, Morris dessine ici sa couverture comme un archétype visuel ultime : celui du duel hollywoodien entre son héros « chanceux » (Lucky) et un adversaire caricatural qui est aussi la caricature d'un véritable acteur : en l'occurrence Jack Palance (1919 - 2006), célèbre figure du cinéma des années 1950 et 1960, que l'auteur aura certainement repéré en 1953 dans L'homme des vallées perdues (G. Stevens), film où il incarne le mal absolu, en tueur justement filiforme et vêtu de noir.

 

 

palance.jpg

 

Jack Palance dans  l'Homme des vallées perdues (G. Stevens - 1953).

 

 

phildfer.jpg

lee.jpg

 

 

Jack Palance en Phil Defer et Lee Van Cleef parodié dans son rôle de Chasseur de primes par Morris (1972).

 

 

 

 

 

 Image géniale de Bande Dessinée et de Cinéma, la couverture de Phil Defer préfigure à elle seule le renouveau du genre Western par Sergio Léone puis Clint Eastwood après 1964 : on retrouve la silhouette de Phil Defer en effet aussi bien dans le personnage du Colonel colporté par l'acteur Lee Van Cleef (successivement dans Et pour quelques dollars de plus (1965) puis Le Bon, la Brute et le Truand (1966) ; l'acteur sera parodié à sont tour par Morris avec l'album Le Chasseur de primes (1972), inspiré de ces films), que dans celle du tueur d'Il était une fois dans l'Ouest (1968), où Henry Fonda est également filiforme et vêtu de noir. Dans ce dernier film, les scènes d'ouverture et de clôture rejoignent à la perfection les enjeux installés chez Morris dans la profondeur de champ de sa couverture. Inutile de préciser que la filmographie de Clint Eastwood est riche de nombreux personnages « reflets » soit de Phil Defer soit de Lucky Luke, à commencer par ceux de « l'homme sans nom » de L'homme des hautes plaines (1973) et du « cavalier solitaire » de Pale rider (1985), film qui est le remake de L'homme des vallées perdues...

 

 

affiche.bmp 

 

onceuponatime2.jpg   

 

onceupontimeinthewest.jpg

 

Il était une fois dans l'Ouest (S. Léone - 1968) : l'affiche reprend la fusillade de la scène mythique du duel qui ouvre le film. "L'homme à l'harmonica" (Charles bronson) contre le tueur Franck (Henry Fonda),

dans la scène finale...

 

 

 

 

  Image clé esthétiquement parlant, ensuite, que l'on retrouve sous une autre forme dans l'affiche imaginée par le designer américain Bill Gold (par ailleurs collaborateur de Clint Eastwood, le monde est petit...) pour le douzième film de la saga James Bond, Rien que pour vos yeux (J. Glen 1981). Un duel orchestré entre gents masculine et féminine que l'on retrouvera- sous forme d'hommage cette fois - en couverture de Spirou et Fantasio sous l'œil amusé de Tome et Janry (Qui arrêtera Cyanure ? en 1985 - Editions Dupuis). Les mêmes signeront un Petit Spirou (Tu ne s'ras jamais grand ! - Editions Dupuis) en 2003, également très ressemblant.  Clôturons cette liste avec... la couverture de Morris pour Le 20ème de cavalerie, vingt-septième album de la série Lucky Luke, paru en 1965.

 

 

foryoureyesonlyver2.jpg 

cyanure.jpg 

 

20emedecavalerie.jpg

 

 

  Image au dynamisme figé (le déclenchement de la violence ou de l'action dans l'instant qui les précède), image interactive (le jeu de regard avec le lecteur est impliqué dans un point de fuite qu'il ne peut éviter), image impossible (le trucage digne de Méliès sur la profondeur de champ, le fait d'être physiquement dans et en dehors du cadre en tant que lecteur), la couverture de Phil Defer revêt toute sa connotation symbolique dans le fait de nous positionner quelque part dans la ligne précise de tir des opposants : chez Morris, nous sommes déjà dans l'Histoire et dans le Western.

 

 

 

  • Pistes supplémentaires :

 

 

- http://www.lucky-luke.com : site officiel de la série.

 

- http://www.bangbangluckyluke.com et http://www.fandeluckyluke.com  : deux sites non officiels très complets.

 

- http://nbjpr.free.fr/index.htm : Planète Lucky Luke: site personnel où sont notamment consultables toutes les couvertures de chacun des albums.

 

- http://www.cineclubdecaen.com/analyse/westernfilms.htm et http://fr.wikipedia.org/wiki/Western : dossiers sur le genre Western et filmographie.

 

- http://www.westernmovies.fr/ : le Western au cinéma.

 

- http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Stars-et-vedettes-des-annees-50/Jack-Palance-la-gueule-de-l-emploi.html : résumé de la carrière de Jack Palance (photos et extrait vidéo de L'homme des vallées perdues).

 

- http://www.sceren.fr/tice/teledoc/plans/plans_iletait.htm : dossier Télédoc sur le chef d'œuvre de Sergio Léone, Il était une fois dans l'Ouest.

 

- http://eastwoodclint.free.fr/: site français consacré à l'acteur.

 

 

 

 

Dossier réalisé par Ph. Tomblaine.

 

 

Images toutes Editions Dupuis, Dargaud et Lucky Comics ©.

Partager cet article

Repost 0
Published by philtomb - dans Couverture Mythique
commenter cet article

commentaires

web design software 09/10/2014 10:11

“Lucy Luke” was one of the favorite cartoons of every child during the 80’s. Lucy Luke is a sheriff from Mexico and the cartoon is about adventurous missions. He is a funny character and he catches the thieves in a funny manner.

Présentation

  • : C'est en couverture !
  • C'est en couverture !
  • : Analyse et décryptage de couvertures d'albums de BD (par Philippe Tomblaine)
  • Contact

Mes ouvrages !

Retrouvez mes différents ouvrages déjà publiés avec le lien suivant :

 

logo-amazon1.jpg

 

    

    

  

  

      

 

  

    

 

 

Recherche

Nombre de Découvreurs