Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 16:52

DOSSIER PEDAGOGIQUE

 

Le Décalogue   & Le légataire

 

Frank Giroud, Joseph Béhé et Camille Meyer

 

 

Auteurs associés :

 

G. De Vita, J.F. Charles, M. Faure, Franz, P. Gillon,

 A. Mounier, B. Rocco, L. Rollin, TBC

et Luc Révillon

 

 

Ed. Glénat, 2001- 2003 et 2006/2009

 

 

  000.jpg


 
Page---001.jpg

 

  Dossier téléchargeable (format PDF) :  http://dl.free.fr/pXL9ypbAq

·    

L’intrigue en résumé :

 

 Le Décalogue : Voici l’histoire d’un livre envoutant et étrange appelé Nahik… S’il semble attirer le mauvais sort pour celui qui le détient, l’ouvrage est néanmoins extrêmement précieux : il décrit en effet l'existence d'un nouveau Décalogue religieux, peut-être dicté par le prophète Mahomet lui-même, et qui remettrait en cause les fondements mêmes de l'Islam, notamment dans les interprétations les plus violentes du Coran. Ouvrage de paix et de tolérance, mais aussi de bien des dangers si le Monde en apprenait l’existence.

 Bien des mystères demeurent : qui est ce mystérieux "Alan D." dont le nom figure sur Nahik ? Ce Décalogue est-il authentique ? Et qui est ce Fernand Desnouettes dont les aquarelles reproduisent si précisément une mystérieuse omoplate de chameau sur lequel est gravé le Décalogue ? 10 tomes à travers les siècles, remontant vers le passé, partent à la recherche de l'origine de Nahik

 

 Le Légataire : Merwan Khadder (héros du tome 2 du Décalogue) est un jeune extrémiste musulman, troublé dans ses penchants par la découverte de Nahik et des révélations de son possesseur, un homme de culture prénommé Halid Raza, objet d’une Fatwa. Traqué à la fois par les intégristes et les forces de police, il part à Glasgow retrouver Simon Broemecke (héros du tome 1 du Décalogue) dont le roman à succès La dernière Sourate, au grand étonnement de Merwan, est la traduction quasi-littérale de Nahik.

 Apprenant le suicide de l'écrivain, Merwann, qui tente en parallèle de décrypter les mémoires d’Halid Raza, doit faire face au tueur inquiétant de la Clyde ainsi qu’aux islamistes : il est arraché à ses poursuivants par des agents du Vatican, la papauté étant désireuse de lui faire jouer un rôle qu’il ignore…

 


000--2-.jpg

 

·    
Questionnaire pour les élèves :

La couverture d’une B.D. comporte deux messages : l’un écrit, l’autre dessiné.

 

NIVEAU 1

 

-         Quels sont les titres du tome I et du tome VIII du Décalogue ? Parlent-ils du même objet ?

Le scénariste et l’illustrateur sont-ils deux personnes différentes ?

 

-         Le nom de l’éditeur apparait-il ?

 

-         Pour l’ensemble de la saga du Décalogue, que représente dans chaque cas l’illustration principale ? (tenter d’associer les objets représentés à une époque)

 

-         Quelles sont les couleurs dominantes de ces couvertures ?

 

-         Quelles informations supplémentaires donne éventuellement l’image, en complément du nom de la série?

 

NIVEAU 2

 

-         Une couverture cherche à suggérer une histoire. D’après ces titres et ces visuels, imaginez en quelques lignes quel pourrait être le récit de ces albums.

 

-         Trouvez le rapport le plus évident entre le titre et l’illustration.  Quels détails peuvent indiquer un récit du genre «historique» ou « thriller ésotérique» (chercher au besoin la signification de ces termes)?

 

-         Cherchez la définition des termes Décalogue Légataire, Coran, Sourate, Mahomet, fondamentalisme et extrémisme religieux.

 

-         Ces couvertures vous donnent-elles envie de lire dans chaque cas la B.D. ? Pourquoi ?

En quoi peut-on dire que la couverture est la « vitrine » d’une B.D. ?

 

 

NIVEAU 3

 

-            Essayez de décrire l’atmosphère de ces couvertures. «L’ambiance» générale vous parait-elle lourde ou légère ? Explicitez vos choix.

 

-           Faites des recherches sur le thème du thriller religieux, archéologique ou ésotérique.

 

-          Comparez ces couvertures avec celles de la saga du Triangle Secret : quelles sont les analogies ou les différences ? Mettez également en parallèle les couvertures et/ou affiches de films réalisées à partir des romans suivants : Da Vinci Code, La Règle des Quatre, Le Dernier Templier, Le Message de Nostradamus, L’Evangile selon Satan, …

 

00--4-.jpg
 

·    

Lecture et analyse de la couverture :

 

 La saga du Décalogue fut une opération ambitieuse entreprise au début des années 2000 par le scénariste Frank Giroud et son complice Joseph Béhé. Lancée en Janvier 2001 chez Glénat, la série se devait bien en effet de trouver rapidement son public pour arriver au terme des 10 ouvrages prédits dès le titre. Il est à noter que l’extraordinaire succès du Décalogue (plus d’un million d’exemplaires vendus en 2004), mis en parallèle de celui du Triangle Secret (autre grande saga ésotérique en sept volumes imaginée par Didier Convard et Denis Falque pour Glénat dès Avril 2000) n’était en rien dû à une veine amenée seulement en Mars 2003 avec l’impact du best-seller mondial Da Vinci Code de l’écrivain américain Dan Brown (adapté au cinéma en 2006 par Ron Howard).

Mis en scène de manière concomitante par dix dessinateurs, afin de permettre la parution rapide de l’intégralité des albums (qui paraitront de Janvier 2001 à Février 2003), le Décalogue est un écheveau complexe, offrant plusieurs pistes de lectures. Dans une interview effectuée par le magazine Bodoï en Novembre 2000, le dessinateur Joseph Béhé, « metteur en scène » du premier chapitre de la saga, expliquait ainsi :

 

 « Tout a commencé [en 1999] lors de la célébration des 30 ans des éditions Glénat, à Grenoble. J’ai eu le grand plaisir de rencontrer Frank Giroud […]. Il m’annonça qu’il venait d’écrire une série comme on en a jamais lu. Le Décalogue raconte en dix albums l’histoire d’un livre mystérieux, Nahik, dont la source remonte à la mort de Mahomet. Le tome 1 se passe de nos jours, le deuxième en 1995, le troisième en 1965. On remonte ainsi le temps jusqu’au dixième et dernier, se déroulant en 632.  Chaque épisode est rythmé par un des dix commandements d’un Décalogue réaménagé pour la circonstance par Frank Giroud.

Le défi est de permettre trois niveaux de lecture. Les dix tomes sont des histoires complètes qui se suffisent à elles-mêmes. Ensuite, on pourra lire les albums dans leur ordre de parution, en remontant le temps et l’histoire jusqu’à l’origine de Nahik. Et finalement, on pourra les lire en commençant par le dixième, en suivant l’ordre chronologique. A chaque lecture correspondra une émotion, une compréhension différente de l’ensemble ! »

 

Extrait de l’interview de Joseph Béhé, dans Bodoï n° 35, p.26 - Novembre 2000.

 

Les différents visuels de la saga du Décalogue désamorcent le « simple » propos ésotérique, l’ensemble de la série n’abordant d’ailleurs directement la question religieuse que dans trois des dix albums proposés (vol. II, IV et X). On peut y observer de manière générale un espace de représentation digne d’une nature morte, conférant un aspect pictural à l’ensemble. On sait par ailleurs l’importance dans ce récit des aquarelles contenues dans le précieux Livre, œuvre d’un peintre orientalisant dénommé Fernand Desnouettes. On s’attardera à repérer entre ces objets inanimés et les titres des ouvrages, les  indices d’une présence humaine en souffrance, en fonction des différentes époques traversées : à chaque couverture son drame, pourrait-on dire,  à la vue de la sinistre main gantée (du tueur psychopathe…), de lunettes brisées, d’une arme, du sang, d’un encrier renversé, d’une photo d’enfant déchirée ou tout simplement d’un crâne humain. On remarquera également l’importance de l’écrit (lettre, livre, coupure de journaux et … omoplate gravée), du fait religieux, toutes croyances mêlées (ange et croix chrétienne, icône byzantine, versets arabes) et bien sur de l’Histoire (buste égyptien, chapeau haut de forme, sabre de cavalerie). Ces trois éléments sont reliés par le titre de la série et le numéro de l’album, inscrits en trois typographies distinctes : les styles arabisant, judéo-chrétien et romain (pour les chiffres) s’y enlacent sur un fond brun uni, évocateur cette fois-ci d’un récit tourné l’Aventure et l’Archéologie historiques.

Le lecteur est fortement impliqué dans un visuel s’offrant comme mystérieux : la cadre subjectif le positionne en tant qu’acteur principal d’un récit qu’il ne peut maitriser ; dès le tome 1, il « est » la main gantée d’un tueur incontrôlable, puis, au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue, et en tant que complice de plus en plus omniscient d’une intrigue pluri-séculaire, il en devient le témoin privilégié mais tout aussi désarmé. Le lecteur a les  yeux ouverts sur le drame immédiat de l’Histoire : le sang est encore frais, l’encre renversée n’est pas sèche, la bougie devant l’icône vandalisée ne s’est pas encore consumée…

 

 En confiant l'adaptation de son scénario à des dessinateurs différents, Giroud a pu donner une tonalité unique à chacun des albums, ce qui n'est pas sans dérouter certains lecteurs : les tomes ne s'enchaînent pas de façon toujours évidente, et le lecteur est en permanence amené à construire lui-même certaines transitions. En Novembre 2003 a donc été réalisé un onzième tome, écrit par Luc Révillon (avec la collaboration de Frank Giroud et de cinq auteurs ayant œuvré sur la série) qui met en scène toutes les transitions manquantes : Le XIème Commandement. La couverture de cet ouvrage, conçue dans la lignée des précédentes, en est une mise en abyme : une main vieillie à l’extrême y pianote sur un clavier d’ordinateur portable, entre mystère contemporain (les codes requis à l’écran) et révélations du Passé (la photo d’un temple égyptien en ruine).


Deca11001.jpg
 

  Le Légataire est l’une des deux séries dérivées du Décalogue, avec Les Fleury-Nadal (3albums parus depuis 2006 chez Glénat, dessinées par Lucien Rollin et Daniel Hulet). Cette nouvelle saga, prévue en cinq tomes, se distingue du Décalogue par deux points : un questionnement religieux plus marqué et l'abandon de la formule multi-dessinateurs. L'ensemble est confié au duo Joseph Béhé – Camille Meyer de manière à rendre la série plus homogène, chaque personnage étant ainsi représenté par le même auteur, toutes époques confondues.

 

 Comme le précise l’une des critiques de la série sur le site BDGest’ :

 

 « Le propos de cette nouvelle aventure, centrée sur le personnage de Merwan Khadder, n'est pas à proprement parler la religion musulmane mais bien sa pratique et l'application concrète de ses dogmes dans le monde moderne. Entre le respect à la lettre du texte coranique et une plus libre interprétation, chacun cherche sa propre voie, son juste milieu qui soit en phase avec sa conception de la société et du rapport entre les hommes. Le scénario ne s'apparente ainsi pas à une condamnation aveugle de l'extrémisme mais tente au contraire de comprendre les motivations de chaque intervenant, loin de tout manichéisme. Par les différentes tentatives, au cours des siècles, de répandre une bonne nouvelle qui serait loin de faire l'unanimité dans les cercles partisans, l'auteur insiste également sur un certain immobilisme dans lequel s'empêtre l'Histoire humaine : les sociétés se succèdent, tout comme les dirigeants, mais les mentalités peinent à suivre le chemin de l'évolution. D'où une éternelle remise à plus tard de la grande révélation. »

 

Extrait de la critique de D. Wesel

(Disponible sur http://www.bdgest.com/chronique-2905-BD-Decalogue-(Le)---Le-legataire-Le-labyrinthe-de-Thot.html).



  Pour chacun des ouvrages parus, le propre site du dessinateur est riche en roughs et recherches visuelles variées. Nous ferons donc largement référence ici à ce travail réalisé conjointement par Joseph Béhé, Camille Meyer et Gilles Scheid : si la couverture du tome 1 du Légataire (Janvier 2006) est un renvoi direct à celle du premier volume du Décalogue, l’un constituant la suite directe de l’autre, les visuels suivants innovant en rompant triplement avec les dix couvertures initiales. Sur la maquette adoptée, le bleu remplace le brun comme couleur de fond, les acteurs humains y ont une présence plus importante tandis que les titres figurent dans la partie basse.


 

On regardera ainsi ces travaux, largement illustrés et commentés, sur les différents liens suivants :

 

-         la couverture du Légataire, tome 2 (Janvier 2007) :

 

http://www.josephbehe.net/josephblog/index.php/2006/09/04/34-couverture-du-legataire-tome-ii

 
legataire_02.jpg

legataire_05b.jpg

-         Explication de l’ensemble des phases de recherches pour le Légataire, tome 3 (Avril 2008) :

 

http://josephbehe.net/josephblog/index.php/2007/09/10/55-maquette-de-couverture-pour-le-legataire-t3

http://josephbehe.net/josephblog/index.php/2007/10/31/59-maquette-de-couv-pour-le-legataire-t3-suite

http://josephbehe.net/josephblog/index.php/2007/11/09/60-crayonne-de-couverture-pour-le-legataire-t3

http://josephbehe.net/josephblog/index.php/2008/03/06/64-couverture-legataire-t3-glenat


4couvPetites.jpg

scann02.jpg

 

-         conception des visuels pour le Légataire, tome 4 (Mars 2009) :

 

http://www.josephbehe.net/josephblog/index.php/2008/09/12/73-couverture-legataire-t4-glenat

 

http://www.josephbehe.net/josephblog/index.php/2008/11/13/75-couv-du-legataire-t4-le-rendu-final

legataire_t4_02.jpg


legataire_t4_06.jpg

00legataire-t4nb.jpg

00COUV-LEGATAIREweb.jpg



  La conception des différentes couvertures du Légataire nous permet de comprendre la lente maturation de ces visuels, mise en correspondance avec un scénario qui louvoie entre mensonge et réalité du monde religieux. Sur chacune des couvertures, le Croyant semble détenir sa propre Vérité, tenue cachée ou volontairement obscure et éloignée d’un monde de non-initiés. Le Légataire, c’est celui qui hérite ou qui est désigné par voie testamentaire pour recevoir un bien : tout Homme étant naturellement le dépositaire des générations qui l’ont précédé, à charge pour lui et à son tour de transmettre, de diffuser et d’apprendre, au-delà des soubresauts ou des crises de l’Histoire. A chacun, dans le cadre qui est le sien, de s’y révéler : or, dans chacune des ces couvertures, une ombre regarde le lecteur, qui est de fait dans la lumière…

 

Celle apportée par le Livre.

 

 

·     Pistes supplémentaires :

 

-     http://www.glenatbd.com/recherche/?q=Le+D%C3%A9calogue+ et http://www.glenatbd.com/recherche/?q=Le+L%C3%A9gataire+ : pages consacrées aux deux séries sur le site des Editions Glénat.

 

-      http://www.josephbehe.net : site officiel de Joseph Béhé.

 

-     http://kd2a.france2.fr/bd/index.php?page=bd-bande-dessinee-videos&id_document=1148 : interview vidéo de Joseph Béhé.

 

-     http://www.bdparadisio.com/intervw/decalogue/decalaut.htm et http://www.glenatbd.com/actu/les-auteurs/interview-de-franck-giroud.htm : interviews du scénariste Frank Giroud réalisée en 2001 et 2008. Voir également sur le site Auracan :

www.auracan.com/Interviews/Giroud/Giroud1.html

 

 


Dossier réalisé par Ph. Tomblaine.

Images toutes ©F. Giroud, J. Béhé, C. Meyer et auteurs associés. Editions Glénat, 2001 - 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by philtomb - dans Déc'ouverte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : C'est en couverture !
  • C'est en couverture !
  • : Analyse et décryptage de couvertures d'albums de BD (par Philippe Tomblaine)
  • Contact

Mes ouvrages !

Retrouvez mes différents ouvrages déjà publiés avec le lien suivant :

 

logo-amazon1.jpg

 

    

    

  

  

      

 

  

    

 

 

Recherche

Nombre de Découvreurs