Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 11:11

- DOSSIER PEDAGOGIQUE -

 

OBoys

Le Sang du Mississippi

 

Philippe Thirault & Steve Cuzor

 

Ed. Dargaud, 2009.

  

·    

Dossier téléchargeable (format PDF) : http://dl.free.fr/jczEAVd32


L’intrigue en résumé :

 

 Dans l’Amérique des années 1930, le long du fleuve Mississippi. Huck Finn et son frère Tom survivent sous les coups d'un père alcoolique et petit trafiquant. Pour échapper à une condition très précaire, le jeune homme est placé chez Mortimer Denis, éleveur de poissons-chats. Il fait alors la connaissance de l'un des ouvriers : Charley Williams. Un destin qui les lie de façon indéfectible, à un détail près : l'un est blanc, l'autre est noir...

 Leur chemin sera à l'image du fleuve : sinueux et très mouvementé.

 

 

·     Questionnaire pour les élèves :

La couverture d’une B.D. comporte deux messages : l’un écrit, l’autre dessiné.

 

NIVEAU 1

 

-        Quel est le titre de cet album ? Comment pouvez-vous l’interpréter ?

 

-        Quel semble être le sujet principal de cet album ?

 

-       Le scénariste et l’illustrateur sont-ils deux personnes différentes ? Le nom de l’éditeur apparait-il ?

 

-        Que représente l’illustration principale ? Décrire notamment les personnages, l’époque, l’ambiance générale. A quel genre littéraire associez-vous cette couverture ?

 

-       Quelles sont les couleurs dominantes de cette couverture ?

 

-       Quelles informations supplémentaires donne éventuellement l’image, en complément du nom de l’album?

 

 

NIVEAU 2

 

-        Une couverture cherche à suggérer une histoire. D’après le titre et le visuel, imaginez en quelques lignes quel pourrait être le récit de cet album.

 

-        Trouvez le rapport le plus évident entre le titre et l’illustration. 

 

-        Cherchez la définition des termes suivants : Grande Dépression, Hobo, ségrégation, Prohibition, road-movie, Vieux Sud, bayou. Retracez une rapide chronologie des Etats-Unis dans les années 1920-1930.

 

-        Cette couverture vous donne-t-elle envie de lire la B.D. ? Pourquoi ? En quoi peut-on dire que la couverture est la « vitrine » d’une B.D. ?

 

 

NIVEAU 3

 

-        Essayez de décrire l’atmosphère de cette couverture. «L’ambiance» générale vous parait-elle lourde ou légère ? Explicitez vos choix.

 

-        Tentez de trouver les principales œuvres associées au contexte de la Grande Dépression (romans, films, etc.) : décrivez en les thématiques récurrentes (exemples : misère sociale et ouvrière, conditions des enfants, ségrégation, errance et voyage, jazz et Prohibition).

 

 

·     Lecture et analyse de la couverture :

 

 A lire l’intrigue d’O’Boys t.01 : le Sang du Mississippi, on aura tôt fait d’évoquer une foule de références : c’est d’abord, et dès le magnifique visuel de couverture, un road-movie initiatique librement inspiré du célèbre roman Les aventures d’Huckleberry Finn de Mark Twain. Publié pour la première fois en 1884, l’œuvre est considérée comme l’un des premiers grands romans américains : il s’agit d’un récit à la première personne où Huckleberry « Huck » Finn, le meilleur ami de Tom Sawyer (autre héros de Mark Twain, et titre du roman paru en 1876) nous raconte à sa manière ses rocambolesques aventures. La naïveté du caractère principal est mise en opposition avec le contexte fortement ségrégationniste d’un Vieux Sud pratiquant encore l’esclavage, et qui, à la parution du roman, se remettait difficilement de la défaite de la Guerre de Sécession (1861 - 1865).

 

Couverture originelle poru le roman de Mark Twain, 1884.

 
Le voyage entrepris par Huck et son ami Jim, un esclave en fuite, sur le Mississippi à bord d'un radeau de fortune est probablement une des plus fortes allégories de la liberté par la fuite de toute la littérature américaine. Il n’est donc guère étonnant que cette forte imagerie (imaginée en 1884 par le jeune illustrateur New-Yorkais Edward W. Kemble, en 174 dessins) soit devenue l’emblème iconographique de nombre de couvertures et d’affiches des diverses adaptations du récit de Twain : citons ici notamment les affiches des films Les aventuriers du fleuve (Michael Curtiz, 1960) et Les Aventures de Huckleberry Finn (Stephen Sommers, 1993), très proches du visuel final de l’album O’Boys. Le fleuve, l’amitié entre deux personnages pourtant séparés par leurs âges et leurs couleurs de peau, l’errance et le soleil couchant sont des détails qui participent d’emblée à une atmosphère romanesque poussée, où les ambiances chaudes et crépusculaires du Vieux Sud auront toutes leurs places, entre bayous et plantations (voir l’esthétique du roman et du film « fleuve » Autant en emporte le vent en 1939).

 

Affiche du film Les aventuriers du fleuve (Michael Curtiz, 1960).

Affiche du film  Les Aventures de Huckleberry Finn (Stephen Sommers, 1993).



 
Autres thèmes d’importance, tous croisés : la ségrégation raciale, l’errance de la misère et les traditions noires. On n’oubliera pas, en lisant cet album que le contexte originel de Mark Twain est ici transposé dans l’Amérique des années 1930, ce qui permet tout à la fois de cerner le contexte économique de la Grande Dépression (suite à la crise du « Jeudi Noir » du 24 Octobre 1929), de renforcer l’influence culturelle du Jazz et du Blues (joués entre juke-joints, cabarets et saloons)), et de jouer sur la sinistre menace latente des exactions du Ku Klux Klan (organisation suprématiste blanche protestante fondé le 24 Octobre 1865).

 

 Il y a ici dans le dessin de couverture une singularité  lexicale et musicale particulière, renforcée par la prononciation argotique ou vernaculaire du titre principal (pouvant renvoyer également au film des frères Coen, O’Brother, paru en 2000) Le titre, O’Boys, comme l’explique Steve Cuzor, est en effet particulièrement connoté :

 

L’origine du titre O’Boys, vient de l’expression « Oh boys, let’s go ! » qui est une des explications (car il y en a une autre) du mot Hobo. Les vagabonds du rail l’employaient au moment de prendre d’assaut les trains de marchandises. On est dans une période où cette Amérique absurde obligeait ses chômeurs à payer pour chercher du boulot qui n’existait pas. En réponse, les Hobos lui ont montré leur façon de « faire le trimard », de « brûler le dur » au grand dam des compagnies ferroviaires, qui ont fini par leur déclarer la guerre. Les courses-poursuites avec les gardes-frein se terminaient régulièrement sous les roues d’un wagon. Mais rien à faire, pour Huck et Charley, de toute façon, la vie était devant eux… Les embrouilles aussi !

 

Extrait de l’interview des auteurs disponible sur le site des Editions Dargaud.

 

  La couverture d’O’Boys met l’accent sur l’amitié dans l’errance entre les deux personnages, dont la vie dérive le long du fleuve, dans l’espoir de meilleurs hospices, quelque part vers l’Ouest : après 1929, et une fois réduits au chômage ou expatriés de terres rendues infertiles par de terribles tempêtes de poussière (Dust Bowl),  nombreux seront effectivement ceux à être tentés de faire voyage vers la Californie. On estime à 3 millions ces migrants originaires principalement de l’Oklahoma et de l’Arkansas, et dont John Steinbeck retraça le destin dans son poignant roman Les Raisins de la colère, publié en 1939 et qui obtint le Prix Pulitzer l’année suivante.

 



Ci-dessus et en dessous : projets de couvertures par Steve Cuzor.








 
La tragédie contextuelle est ici rendue inhérente au road-movie : c’est d’abord la présence du sang (voir les projets de couvertures), semblant à la fois suivre et guider les personnages, et transformé en les eaux bouillonnantes ou faussement endormies du fleuve assoupi sur les rythmes blues… C’est ensuite ce radeau-maison, vie détruite et emportée par une Nature omniprésente, tandis que les traces de la civilisation finissent d’être englouties : plus de nourriture ni de métier (boite de conserves industrielles), plus d’effets personnels (armoire en bois) et plus de réel moyen de transport (pneu de voiture). Laisser à eux-mêmes, les personnages subissent une nouvelle Odyssée sans Début ni Fin. C’est la Rivière sans retour ou l’un des cinq fleuves des enfers (on choisira ici l’Achéron pour l’affliction et le Léthé pour l’oubli), en un rouge ouvertement mélancolique et symbolique de l’épopée révolue du Western (voir la case finale des Lucky Luke : I’m a poor Lonesome…).

 Seule différente notable et d’importance : les personnages en sont pas seuls mais unis, permettant un basculement salvateur des valeurs.

 

 

Ex-libris.
 


Pistes supplémentaires :

 

 

-      http://www.dargaud.com/front/albums/album.aspx?id=4109 et http://www.dargaud.com/front/actualites/interviews/interview.aspx?id=2742 : page consacrée à l’album et interview des deux auteurs sur le site des Editions Dargaud.

 

-     http://kd2a.france2.fr/bd/index.php?page=bd-bande-dessinee-videos&id_document=3997 : interview vidéo de Philippe Thirault sur le site KD2A

 

-      http://philippethirault.free.fr/index.htm : le site de Philippe Thirault.

Nombreux visuels (dont la couverture…) et extraits commentés du tome 2 (parution prévue en Septembre 2009) sur la page : http://philippethirault.free.fr/library/oboys/2.htm.

 

-     http://etext.lib.virginia.edu/railton/ : site (en Anglais) consacré à Mark Twain.

 

-     http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Aventures_de_Huckleberry_Finn : lien Wikipédia consacré au roman Les Aventures de Huckleberry Finn.

 

-     http://fr.wikipedia.org/wiki/Hobo : article consacré aux travailleurs itinérants (hoboes) sur l’encyclopédie Wikipédia.

 

 

 

   

Dossier réalisé par Ph. Tomblaine.

Images toutes ©Editions Dargaud, Philippe Thirault et Steve Cuzor, 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by philtomb - dans Déc'ouverte
commenter cet article

commentaires

Kooba sale 07/08/2014 12:17

I have completely read the story of O'Boys: Blood of the Mississippi. I don’t see any specialty in this story. The story goes through a regular track which tells about the relation between two brothers. The interesting part in this story is that when they meet together in Mississippi.

philippethirault.com 10/05/2009 21:33

Merci pour cet article (et pour le lien), et bravo pour le commentaire, intéressant et très bien documenté! Je m'empresse de lier cet article au site consacré à Philippe :o)
Philippe vient d'ailleurs de me montrer les recherches pour la couverture du tome 2 à paraître très bientôt: elle est à tomber et suscitera j'espère autant de brillants commentaires!

Présentation

  • : C'est en couverture !
  • C'est en couverture !
  • : Analyse et décryptage de couvertures d'albums de BD (par Philippe Tomblaine)
  • Contact

Mes ouvrages !

Retrouvez mes différents ouvrages déjà publiés avec le lien suivant :

 

logo-amazon1.jpg

 

    

    

  

  

      

 

  

    

 

 

Recherche

Nombre de Découvreurs