Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 11:35

 

- DOSSIER PEDAGOGIQUE -

 

Amours fragiles t.1 :

Le dernier printemps

 

Jean-Michel Beuriot, Denis Bodart et Philippe Richelle

Ed. Casterman, 2001.

 

   


Dossier en ligne et téléchargeable :
 



Lecture en plein écran : http://fr.calameo.com/read/00011308785a33297e04f


  • L’intrigue en résumé :

 

 1942 : Martin Mahner est un officier de l’armée nazie posté dans le Sud de la France. Il est l’amant d’une “Française”, Catherine, venue s’installer en ex-zone libre avec son mari Xavier Gance, quelques années auparavant. Notre héros narre son histoire…

 1932 à Berlin, dans le décor sinistre de l’Allemagne de la crise et de la montée du nazisme. Mahner est un lycéen brillant, féru de littérature et plutôt timide avec les filles. Son père est sympathisant des SS, quelques uns de ses camarades de classe aussi. Romantique et solitaire, Martin s’inscrit en faux contre les dérives politiques malsaines auxquelles s’abandonne son entourage. Jusqu’au jour où le docteur Braun et sa famille, dont la belle Katarina, viennent s’installer dans la maison d’en face…

 

 

·         Questionnaire pour les élèves :

 

 

La couverture d’une B.D. comporte deux messages : l’un écrit, l’autre dessiné.

 

NIVEAU 1

 

-       Quel est le titre de cet album ? Comment pouvez-vous l’interpréter ?

 

-       Quel semble être le sujet principal de cet album ?

 

-       Le scénariste et l’illustrateur sont-ils deux personnes différentes ? Le nom de l’éditeur apparait-il ?

 

-       Que représente l’illustration principale ? Décrire notamment les personnages, l’époque, l’ambiance générale.

 

-       Quelles sont les couleurs dominantes de cette couverture ?

 

-       Quelles informations supplémentaires donne éventuellement l’image, en complément du nom de l’album ?

 

 

NIVEAU 2

 

-       Une couverture cherche à suggérer une histoire. D’après le titre et le visuel, imaginez en quelques lignes quel pourrait être le récit de cet album.

 

-       Trouvez le rapport le plus évident entre le titre et l’illustration. 

 

-       Cherchez la définition des termes suivants : fascisme, nazisme et Parti nazi, S.S. et S.A., République de Weimar, Reichstag et IIIème Reich.

 

-       Cette couverture vous donne-t-elle envie de lire la B.D. ? Pourquoi ? En quoi peut-on dire que la couverture est la « vitrine » d’une B.D. ?

 

 

NIVEAU 3

 

-       Essayez de décrire l’atmosphère de cette couverture. «L’ambiance» générale vous parait-elle lourde ou légère ? Explicitez vos choix.

 

-       Tentez de trouver des œuvres (romans, bandes dessinées, films) se déroulant en Allemagne dans les dernières années de la république de Weimar ou aux débuts du IIIème Reich.

 

 

 

 

 

·         Les auteurs des Amours fragiles :

 

 Avec ces Amours fragiles, Philippe Richelle prouve qu’il est un scénariste avec lequel il faudra dorénavant compter. Né en 1964 à Liège, il a débuté comme dessinateur au sein du Journal de Tintin. Il entre comme auteur chez Casterman en 1995 aux cotés de J.M. Beuriot avec l’album Belle comme la mort. Pour le même éditeur, il publiera notamment ensuite les séries Saga anglaise (de 1998 à 1999, avec Eric Gorski) et Les Coulisses du pouvoir (de 1999 à 2008, avec Jean-yyes Delitte). En 2008 et 2009, il raconte la rafle du Vélodrome d’Hiver (survenue en juillet 1942) dans le diptyque Opération Vent printanier, sur un dessin de Pierre Wachs.


 Né en 1961, Jean-Michel Beuriot découvre les Arts Plastiques puis travaille comme graphiste dans l'édition  en illustrant affiches et couvertures de livres. Il fait ses premiers pas dans la bande dessinée en illustrant des récits complets aux Editions du Lombard. Publié dans (A Suivre), magazine édité par Casterman de 1978 à 1997, il conquiert peu à peu une réputation qui le mène à un premier album chez Glénat en 1992, Rebelle : le bruit des bottes. En collaboration avec Philippe Richelle, il dessine Belle comme la mort (Casterman, 1995), puis la série Amours fragiles.

 

La série des Amours fragiles, débutée en 1997 dans le magazine (A suivre) et prévue sur 8 tomes, évoque la montée du nazisme en Allemagne puis l’entrée dans la Deuxième Guerre mondiale. A travers une histoire d’amour complexe et ambiguë, chaque album se déroule donc dans un contexte historique précis. Chacun permet aussi un double questionnement politique et philosophique sur la nature humaine, aux travers de différents thèmes :

 

Tome 1 : Le dernier printemps (2001) : de 1932 à 1934, la montée du fascisme.

Tome 2 : Un été à Paris (2006) : de 1938 à 1939, l’ambiance culturelle en France.

Tome 3 : Maria (2007) : 1943, l’éveil de l’esprit résistant.

Tome 4 : Katarina (2009) : 1940, le racisme antisémite.

 

 Le premier album, qui fut longtemps imaginé par ses auteurs comme un one-shot, raconte la prise de conscience par l’Allemagne de l’arrivée au pouvoir des Nazis, l’incendie du Reichstag (27-28 février 1933) et les premiers mouvements de foule contre les juifs allemands. Dans cette confrontation du quotidien avec le drame historique, la douce narration graphique contraste avec le surgissement des scènes de violence. Offertes comme autant de tranches de vie, les pages des Amours fragiles voient irrémédiablement se transformer les êtres : les enfants y deviennent des adultes responsables, un peuple se mue en un pays totalitaire. En quelques instants, en quelques souffrances, en quelques crimes et en quelques oublis des valeurs essentielles de l’humanité…

 




Ex- libris offert en accompagnant du tome 1.

 


·         L’Allemagne en crise (1931- 1932) :

 

 L’Allemagne subit de plein fouet dès 1930 les retombées de la crise économique américaine de 1929. Par ailleurs, les clauses du Traité de Versailles (28 juin 1919)  la contraignent à payer de fortes sommes aux pays vainqueurs de la Première Guerre mondiale. Les conséquences sur l’économie sont considérables : la jeune République allemande de Weimar est fortement déstabilisée. Dans le même temps, elle doit faire face à ses dettes, à une inflation galopante et à l’impact de la crise économique mondiale.


 
En janvier 1932, 6 millions  de personnes sont confrontées au chômage et à la pauvreté (les allocations chômage n’existent pas). De nombreux Allemands, se sentant humiliés par le Traité de Versailles (le diktat : la « chose dictée »), nourrissent un fort ressentiment contre la jeune république : la démocratie est en crise.

C‘est dans ce contexte de crise économique, sociale et politique, que le Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands (NSDAP ou Parti Nazi), dirigé par Adolf Hitler, remporte les élections en juillet 1932. Avec 37% des voix, le NSDAP est le parti le plus représenté au Parlement.


 
Hitler en profite pour stigmatiser les ennemis de l’extérieur (les Alliés, dont la France et les USA) et ceux de l’intérieur (les sympathisants communistes et les Juifs), qu’il accuse d’être responsables de la défaite et de la crise. Grâce à l’appui des grands patrons de l’industrie allemande, l’influence d’Hitler augmente considérablement. En 1932, il est au deuxième tour des élections présidentielles. Le 30 janvier 1933, il est nommé Chancelier du Reich…

 







Illustrations préparatoires (encre de chine sur papier, par J. M. Beuriot).


 

·         Lecture et analyse de la couverture :

 

L’atmosphère des Amours fragiles est éminemment littéraire : le lecteur percevra dès le titre et le sous-titre de l’œuvre (Le dernier printemps) qu’une période s’achève. Au risque d’un contresens chronologique, on s’avancera à dire que c’est l’épilogue de la Belle Epoque, celles des années d’insouciance ou des temps adolescents. Le personnage, justement cadré en plan rapproché et qui vient occuper tout le centre de la composition, semble venir justifier cette première hypothèse : son regard troublé - voire inquiet - semble chercher une présence rassurante. Le héros (Martin Mahner) semble fuir la menace la plus significative de l’image, à savoir les deux membres de la police ferroviaire (Bahnschutzpolizei) arpentant le quai de gare. La présence des chemises brunes est par ailleurs révélatrice d’un contexte : la couleur des uniformes, arborée dès 1925 par les hommes de la  Sturmabteilung (ou SA, pour Section d'assaut) indique la force d’une organisation paramilitaire omniprésente. Le parti nazi (symbolisé dans le brassard noir et rouge à croix gammée) va bientôt contrôler les allées et venues de tout un chacun, ce que connote le choix de la scène : la gare, lieu de passage par excellence, va devenir une arme totalitaire. Le héros pressent-il déjà que vont succéder aux sourires et adieux  des voyageurs les dramatiques « trains de la mort », ceux de la déportation des opposants politiques et des Juifs,  à destination des camps de concentration et d’extermination ?

 

 Dans le visuel de couverture (dessiné par Denis Bodart), tout de fait apparaitra comme instable, fragile, en bascule, chaque élément étant placé en diagonale ou sur une ligne de fuite : des hommes et des femmes se quittent, mais se retrouveront-ils ? Martin Mahner lui-même, personnage présenté comme aryen puisque blond aux yeux bleus, est au bord de l’indécision : doit-il partir ou revenir, adopter le chemin (politique et culturel) de la Gauche ou de la Droite (son attitude centrale étant la garantie de sa propre neutralité), s’échapper ou se laisser rattraper par une Histoire inéluctable qui l’impliquera au-delà du champ de la raison ?

 

 Le Dernier printemps en bout de quais, c’est la métaphore de la vie qui file, entre étapes et terminus ; une existence ou une conscience qui déraille aussi, notamment lorsque personne n’a prêté attention au mot pourtant soufflé par les lieux : « Gare… » à vous, car le Destin vous entraine déjà !

 

 

·         Pistes supplémentaires :

 

-       http://bd.casterman.com/catalogues_list.cfm?CategID=1602&OwnerID=1525 :  page consacrée à la série Amours fragiles sur le site des Editions Casterman.

 

-       http://amoursfragiles.blogspot.com/2009/05/ebauches-de-la-couverture-du-t4.html 

http://amoursfragiles.blogspot.com/2009/05/conception-de-la-couverture-du-t4.html

http://amoursfragiles.blogspot.com/2009/05/projet-qui-se-materialise.html

Recherches et visuels de couverture pour Amours fragiles t.4 : Katarina (2009).

 

-       http://amoursfragiles.blogspot.com/  : le site officiel des auteurs.

-       http://www.actuabd.com/Amours-fragiles-saga-des-temps-obscurs-du-nazisme : interview des auteurs parue à l’occasion de la publication du tome 4 en septembre 2009.

 

-       http://resistanceallemande.online.fr/montee.htm : chronologie de la montée au pouvoir du nazisme.

 

-       http://icp.ge.ch/po/cliotexte/annees-20-30-crises-totalitarisme/nazisme.hitler.1933.html : corpus de textes évoquant l’arrivée au pouvoir du parti nazi et son idéologie.

 

 

Dossier réalisé par Ph. Tomblaine.

Images toutes ©Editions Casterman, D. Bodart, Ph. Richelle et J M. Beuriot, 2001.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by philtomb - dans Déc'ouverte
commenter cet article

commentaires

ManuSw 27/11/2009 10:59


Bonjour,
un petit message pour vous faire remarquer une particularité de cette couverture.
Celle-ci n'a pas été dessinée par JM Beuriot mais par Denis Bodart. Ce dernier n'est crédité qu'à l'intérieur du livre.
Le dessin de cette couverture est d'ailleurs incontestablement différent de celui des planches de Beuriot.

Cette couverture est donc de Bodart, avec des couleurs de la célèbre coloriste Scarlett, des couleurs informatiques. Les planches du livre sont de Beuriot pour le dessin et pour la couleur. Une
mise en couleur à la main.

Pour les tomes suivants, Beuriot fait la couverture... mais les planches sont colorisées par Scarlett.


philtomb 28/11/2009 09:36



Remarques plus que judicieuses : possédant évidemment l'album et travaillant actuellement dessus dans le cadre d'un futur ouvrage, je suis rentré récemment en contact
avec les auteurs. Justice sera donc rendue au travail de chacun d'entre eux...

Ne pas hésiter par ailleurs à visiter le site de Denis Bodart :
http://denis.bodart.over-blog.com/


Merci pour ces précisions et pardon pour mes propres... "imprécisions" !

Phil. Tomblaine



Présentation

  • : C'est en couverture !
  • C'est en couverture !
  • : Analyse et décryptage de couvertures d'albums de BD (par Philippe Tomblaine)
  • Contact

Mes ouvrages !

Retrouvez mes différents ouvrages déjà publiés avec le lien suivant :

 

logo-amazon1.jpg

 

    

    

  

  

      

 

  

    

 

 

Recherche

Nombre de Découvreurs